Sabina Brändli, Martin Lengwiler, Monica Rüthers (Hg.)

Geschlecht: männlich – Genre: masculin

Traverse 1998/1

Traverse. Zeitschrift für Geschichte – Revue d'histoire. Erscheint dreimal pro Jahr. Abopreis CHF 75.00 / EUR 60.00 ISSN 1420-4355, Band 1998
1998. 208 S. Br. CHF 25.00 / EUR 17.40
ISBN 978-3-905315-13-4

Lieferbar | in den Warenkorb

Résumé

Genre: masculin

Sabina Brändli, Martin Lengwiler, Monica Rüthers
(Traduction: Chantal Lafontant)

Le débat sur les hommes et le masculin connaît aujourd'hui un grand essor dans les sciences sociales. L'histoire n'y fait pas exception. Le présent dossier de traverse est consacré à ce champ de recherche, à la fois jeune et très dynamique. L'enjeu n'est pas bien entendu de fournir des réponses définitives, mais de poser des questions stimulantes, de formuler des hypothèses de travail et d'ouvrir des perspectives innovatrices.
Comment expliquer cette nouvelle tendance? Si l'on examine la science historique de ces dernières années, trois facteurs ont contribué au développement de l'histoire du genre masculin. Le premier facteur est l'histoire des femmes et, dans son sillage, l'histoire des genres qui ont révolutionné la recherche en sciences sociales depuis les années 1970 ­ ceci de manière plus importante dans l'espace anglo-américain que dans celui germanophone ou francophone. Dès l'instant où l'histoire des femmes a étendu sa réflexion à l'histoire des genres, elle n'a eu cesse de souligner qu'il fallait également étudier le «sexe fort» de manière critique. Le deuxième facteur trouve son origine dans le mouvement homosexuel et lesbien, en particulier dans l'histoire de la sexualité qu'il a inspiré. La discussion extrêmement productive sur les identités non hétérosexuelles a largement contribué à la pluralité actuelle des caractères sexuels et favorisé la refonte des concepts du masculin. Troisième et dernier facteur, l'histoire des hommes et du masculin poursuit, sous des formes différentes, une ancienne tradition des sciences sociales. La sociologie des modes de socialisation masculins et l'étude ethnologique des associations masculines existaient déjà avant la Première Guerre mondiale ainsi que dans l'Entre-deux-guerres. L'histoire des genres actuelle est redevable à cette première tradition de quelques acquis importants. L'étude sous l'angle historique et sociologique de do-maines de la société dominés par les hommes, allant des associations d'étudiants au militaire, n'a guère perdu son importance jusqu'à nos jours. Toutefois, les travaux actuels se distinguent des anciennes études par leur aspect critique et par une approche historique plus importante.
Ce numéro de traverse entend donner un aperçu de la recherche internationale telle qu'elle se pratique aujourd'hui. Les contributions recouvrent la période allant de l'Antiquité classique à l'époque contemporaine. Elles illustrent différentes recherches effectuées à l'échelon national, qui se distinguent fortement les unes des autres: en ce qui concerne les études du masculin, l'espace anglo-américain a donné le ton jusqu'à nos jours. Dans les pays germanophones, les travaux sur le genre masculin se sont surtout penchés sur les espaces et les domaines de vie réservés aux hommes. Dans les pays de langue française, le contexte politique ne se prête pas, semble-t-il, à la continuité de la recherche de l'histoire des genres. Les travaux de recherche sur le masculin se confinent dans quelques projets limités sur le plan thématique et temporel.
Outre la thématique propre aux «gender studies», les contributions de ce dossier révèlent un autre point commun. Tous les articles expriment un intérêt particulier pour les questions théoriques et méthodologiques: que ce soit le concept de «mimesis», la question de la mémoire culturelle ou sociale, ou encore la discussion sur l'utilité des concepts psychanalytiques ­ l'histoire des genres comporte en soi une haute sensibilité théorique qui la conduit au-delà de son propre questionnement. L'essor inattendu qu'a pris l'histoire des hommes et du masculin au cours de ces dernières années en est probablement l'une des causes. Dans tous les cas, nous espérons que la diversité de ce numéro de traverse retienne l'attention d'un large public.